flecheG
chalet1

NAISSANCE DE KIM JONG-IL : LE CHALET DU MONT PAEKTU

>> Selon « La courte histoire de Kim Jong-il », Publishing House, Pyongyang, an 87 du Juché (1998).

"Le Camarade est né dans un camp secret du Mont Paektu, comté de Samjiyon, province de Ryanggang, le 16 février de l’an 31 du Juché, c’est à dire en 1942, dans une période historique où eut lieu une nouvelle avancée du développement de la révolution coréenne et mondiale. Depuis son enfance, le camarade était extraordinairement intelligent et sage. Il possédait le pouvoir de l’observation attentive, le pouvoir de l’analyse claire et une extraordinaire perspicacité en direction des choses et des phénomènes ».

 

>> Selon Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kim_Jong-il)

Selon sa biographie officielle, Kim Jong-il est né le 16 février 1942, au Mont Paektu, le point culminant de la Corée du Nord, situé à la frontière chinoise. Il a été enregistré sous le nom russifié de Youri Irsenovitch Kim (Юрий Ирсенович Ким).
Cette biographie officielle est cependant contestée par des observateurs occidentaux. Selon d'autres sources occidentales et sud-coréennes, Kim Jong-il serait né sous le nom de Youri Irsenovitch Kim le 16 février 1941 dans le petit village de Viatskoïe (ou Viatsk), un camp militaire près de Khabarovsk, en Union Soviétique. Ce double mensonge visait à éclipser l'aide capitale de l'URSS dans l'établissement du régime afin d'exalter le nationalisme coréen et imposer un écart symbolique de 30 ans, une génération, entre le « président » et son fils pour légitimer la succession dynastique. Son père Kim Il-sung était une figure importante parmi les Coréens communistes exilés, ayant le grade de commandant de bataillon dans la 88e brigade soviétique, composée de Chinois et de Coréens. Kim Jong-suk, la mère de Kim Jong-il, fut la première épouse de Kim Il-sung.

 

>> Selon Brian Myers, « La race des purs », Editions St Simon, Paris 2011

Sa naissance fut annoncée par une hirondelle et accompagnée du passage subit de l'hiver au printemps. Ce jour-là, un grand glacier du mont Paektu émis un son mystérieux, pour ensuite se briser et laisser échapper un double arc-en-ciel. Plus tard, dans le ciel, apparut la plus haute des étoiles.

Kim Jong-il marchait à trois semaines et parlait à huit semaines. A l'âge de quatre ans, il renversa un pot d'encre sur une carte du Japon : un ouragan aurait foudroyé l’endroit précis quelques jours plus tard. Dès l'école primaire, Kim Jong-il montrait un courage hors du commun : en culottes courtes, il marchait déjà à la tête de troupes vers les champs de bataille contre l'occupant japonais. Au cours de ses années d'études à l’université Kim Sung-il, Kim Jong-il aurait écrit pas moins de 1500 livres en 3 ans. (pas de sources notifiées…)

 

>> Selon ENCYCLOPEDIE UNIVERSALIS

Avant d'être un homme politique nord-coréen, au pouvoir de facto depuis 1994, chef de l'État depuis 1998, Kim Jong-il a comme première « vertu » d'être le fils de son père, Kim Il-sung.
Selon la légende écrite par le pouvoir, il est né le 16 février 1942 dans une cabane en bois située sur le mont Paektu, lieu symbole de l'imaginaire coréen et base de la résistance antijaponaise organisée par son père ; l'heureux événement aurait été accompagné d'une manifestation céleste : la formation d'un double arc-en-ciel et la luminescence exceptionnelle d'une étoile. Dans une version sûrement plus conforme à la réalité, Kim Jong-il est né un an plus tôt en Russie, dans une caserne de Sibérie où sa famille avait trouvé refuge à la suite des menées japonaises en Asie continentale.

flecheD


« Le petit chalet de bois était entouré d’arbres immenses. Une épaisse couche de neige recouvrait le sol… Tous les combattants du camp se transmettaient l’information : le bébé de leur chef venait de naître… Silencieusement, d’un même mouvement, ils se rassemblèrent auprès du drapeau qui flottait dans le petit matin pour un hommage à Kim Jong-il. Ils prêtèrent le serment solennel : nous libérerons la mère patrie »


Michael Breen : « Kim Jong-il, dictateur nord coréen », édition St Honoré Media, 2004, p77, hagiographe inconnu

chalet4