SITE NAENARA.COM (RPDC)        

      

Actualités  
NOUVELLES DE PYONGYANG   COREE   COREE D'AUJOURD'HUI   COMMERCE EXTERIEUR 
      
           

L'an 100 du Juche

L'IMPÉRIALISME JAPONAIS, COUPABLE DE LA FALSIFICATION DE LA CARTE DE LA CORÉE

Pour les Coréens, leur symbole préféré de la carte de leur pays est, depuis des temps immémoriaux, le tigre, car cet animal féroce plait à la nation coréenne, nation ferme dans sa volonté. Fin 19e siècle-début 20e, en se démenant pour occuper la Corée, les impérialistes nippons ont banni ce symbole en faisant représenter la carte de la Corée en forme d’un lapin.

A la veille de la guerre russo-japonaise, par souci d’occuper la Corée, ils se sont fixé pour tâche prioritaire et urgente d’effectuer une enquête sur l’histoire du pays au matin clair, sa géographie, ses monuments historiques, sa population et les coutumes de son peuple. Pour la mettre à exécution, ils envoyèrent en Corée des spécialistes de divers domaines comme Koto Punjiro, professeur de géographie à leur solde.

Sur ordre du gouvernement japonais, ce dernier fit son enquête en Corée 15 mois durant à compter de l’an 1900 et en publia en 1903 le résultat sous le titre :


 

 

 

 

Son sophisme fut reflété sur de nombreux livres de géographie et ceux de littérature parus dans l’archipel depuis 1903 et fut diffusé.

Les impérialistes japonais révélèrent crûment leur ambition avant et après la guerre russo-japonaise et leur occupation de la Corée.

Yatsu Masanaga, un autre géographe nippon, dans son livre « Géographie de la Corée » paru en 1904, soit au fort de cette guerre, à Tokyo, écrivit en se fondant sur le sophisme de Koto : « La configuration de la Corée ressemble à un lapin s’apprêtant à se lancer dans le Liaodong et se cabrant avec l’archipel Tsushima pour tremplin. »

En accréditant l’idée que la carte de la Corée ressemble à un lapin, l’ambition inavouable des impérialistes nippons était d’abord de faire croire que la nation coréenne est aussi douce qu’un lapin enclin à se laisser docilement prendre par d’autres animaux et d’inciter leurs compatriotes au désir d’agression et de domination sur la Corée.

A l’époque, des scientifiques coréens et étrangers inspiraient des sentiments antijaponais, en accréditant une thèse contraire à celle des Japonais au sujet de la principale chaîne de montagnes et du relief de la péninsule coréenne. Les impérialistes nippons avaient besoin d’enrayer cette tendance et d’inculquer aux Coréens un nihilisme national et des idées serviles.

En 1906, l’Américain Holbert, en se prononçant sur la configuration de la péninsule coréenne, a précisé contrairement à la thèse japonaise : « La péninsule coréenne a pour crête une chaîne montagneuse s’allongeant à partir du mont Paektu, son principal sommet, dans la direction du sud. Cette configuration … amène la Corée à tourner le dos au Japon. C’est ce qui a exercé une action considérable sur la détermination du sens du développement de l’histoire de la Corée. » Sur ce, il a fait remarquer que la Corée ne se laisserait pas soumettre au joug du Japon. Sa thèse était un grand encouragement pour les Coréens. Elle aida à attiser leurs sentiments antijaponais.

En août 1910, Katsura Taro, alors premier ministre nippon, en se prononçant devant les journalistes des journaux de Tokyo sur la politique éducationnelle en Corée, déclara : « Une fois la Corée annexée, il faut dispenser un enseignement destiné à transformer les Coréens en des sujets fidèles nécessaires à l’empereur et au peuple du Japon. » Ensuite, il insista sur la nécessité pour le Japon de rejeter même le moindre élément susceptible de faire concevoir aux Coréens une fierté nationale et de réduire ceux-ci en esclavage au moyen d’une dictature militaire.

S’opposant à ces tentatives des impérialistes japonais, les Coréens dévoilèrent la nature de leurs manœuvres de falsification et firent tout pour conserver le symbole de la carte du pays et leurs traditions historiques et nationales.

Dans son article intitulé « Les longs sanglots », l’enseignant patriote coréen, Jang Ji Yong, condamna sévèrement l’occupation de la Corée par le Japon. Dans le livre scolaire de géographie qu’il avait rédigé en 1907 spécialement en vue d’inculquer à ses disciples le patriotisme, il fit remarquer : « Certains disent que le contour topographique du territoire coréen fait penser à un lapin s’apprêtant à s’élancer vers le nord, mais c’est une pure supposition de quelques individus. » C’est-à-dire qu’il s’opposa farouchement à l’interprétation erronée et à la falsification de la vérité par les impérialistes nippons.

De son côté, un peintre coréen de l’époque, auteur du fameux tableau « Carte de la Corée faisant penser à un tigre féroce », dessina la carte de la Corée de sorte qu’elle ressemble à un tigre de Corée féroce, qui, pour les Coréens, est depuis l’époque de la Corée antique de Tangun l’objet du culte et le symbole de la volonté inébranlable de la nation coréenne. Dans son tableau, la grosse bande noire au dos du tigre représente la grande chaîne montagneuse du Paektu, tandis que les rayures sur son corps représentent les contreforts de cette chaîne principale. Ainsi, le peintre exécuta ce même tableau spécialement pour briser les tentatives japonaises de négation de la grande chaîne montagneuse du Paektu.

Après son occupation de la Corée, dans le cadre de ses tentatives de neutralisation de la fierté nationale des Coréens et d’inculcation chez eux des idées serviles, l’occupant japonais supprima l’enseignement de l’histoire et de la géographie ou en réduisit sur une large échelle le contenu et força les enseignants d’histoire et ceux de géographie des écoles primaires et secondaires à faire croire à leurs disciples que la carte de la Corée ressemble à un lapin. C’est un crime odieux.

Dans « L’aperçu de la géographie et des coutumes du Japon » paru par les soins des autorités nipponnes, on liait exprès les traits caractéristiques de la géographie de la Corée et sa configuration à diverses régions du corps du lapin et essayait de faire croire que cette logique correspondait au tempérament des Coréens.

Ainsi, pour tenter de justifier leur occupation et leur domination sur la Corée, les impérialistes japonais ont falsifié même le symbole de la carte de la Corée.

Plus d’un siècle s’est écoulé depuis l’occupation japonaise de la Corée, mais les conservateurs droitistes nippons, au lieu de se repentir de leurs vieux crimes et de présenter des excuses pour ces crimes, se démènent pour se lancer dans une nouvelle agression contre d’autres pays.

Notons que dans un livre scolaire d’histoire paru dans l’archipel au nouveau siècle, il est écrit : « Un avant-bras est en saillie à partir du continent vers le Japon. C’est la péninsule coréenne. Au cas où elle serait sous la domination d’une grande puissance hostile au Japon, elle lui servirait de base d’attaque idéale contre notre pays et il serait difficile au Japon, pays insulaire sans arrière-pays, de se défendre. Dans ce sens, la péninsule coréenne vaut une arme meurtrière toujours dirigée contre le Japon. » Ainsi, en faisant référence au contour de la carte de la Corée, les réactionnaires japonais ont tenté de nouveau d’accréditer la « thèse de la menace venant de la péninsule coréenne ». Inutile de dire que ce sophisme a été débité dans le cadre de leurs tentatives de nouvelle expansion territoriale et que c’est une nouvelle version de leur supposition que la carte de la Corée ressemble à un lapin.

Les réactionnaires nippons ont intérêt à se repentir sincèrement de leurs vieux crimes, à présenter leurs excuses pour ces crimes et à payer les réparations au lieu de se démener pour se lancer dans une nouvelle expansion territoriale.

Le Dr en histoire, Kong Myong Song, directeur d’un institut de l’académie des sciences sociales
 
Copyright © 2003 - 2012 Korea Computer Center in DPR Korea    
Tel : 850-2-18111EXP8456     Fax : 850-2-3814598   

 

http://naenara.com.kp/fr/periodic/todaykorea/index.php?contents+7035+2011-09+158+31

 

 

« L'OROGRAPHIE DE LA CORÉE».

[Dans ce livre] KOTO PUNJIRO NIA EXPRÈS LA GRANDE CHAINE MONTAGNEUSE DU PAEKTU SUR LAQUELLE LES GÉOGRAPHES CORÉENS ÉTAIENT TOMBÉS D'ACCORD DEPUIS DES SIÈCLES ET ALLÉGUA QUE LA CARTE DE LA CORÉE RESSEMBLE À UN LAPIN PAR SOUCI DE FACILITER L'OCCUPATION ET LA DOMINATION COLONIALISTE PAR SON PAYS [LE JAPON] SUR LA CORÉE.


CARTES DU TIGRE

CARTES DU LAPIN

CARTE DU LAPIN-TIGRE
flecheG